édito

Architectes de proximité, un atout d’avenir  !

par Camille Dugarry et Philippe Cazaux, Conseillers de l’Ordre, délégués pour Les Landes.

Entre les deux pôles économiques de la Gironde et des Pyrénées Atlantiques, nos Landes sont un vaste territoire trop souvent réduit à sa plage et ses pins. Mais nous ne vivons pas dans un territoire endormi. Culturellement et économiquement, les Landes se développent en préservant leur identité.

Architectes, nous connaissons les mêmes problématiques que dans le reste de la région, un contexte plus que contraint par la surenchère réglementaire (urbanismes, RT2012, accessibilité, sécurité incendie, sismicité). À cela s’ajoutent la complexité des procédures, la multiplication des acteurs de la maîtrise d’œuvre et la baisse générale des honoraires due aux effets de la crise et du dumping.

Plutôt que de subir ces contraintes, nous devons nous regrouper pour trouver ensemble des solutions et renforcer notre présence sur le terrain. Nous devons faire la «  promotion  » de notre profession généralement mal connue dans l’éventail de ses pratiques.

Trop souvent le mot «  Architecte  » est associé à l’image que véhiculent «  les grands noms  ». Mais cette image ne correspond pas à notre réalité. Nous sommes pour la plupart, des professionnels de terrain, des artisans, proches de nos clients, des entreprises et de notre territoire. Cet atout de proximité, il faut savoir le valoriser. À l’heure où la décentralisation renforce la responsabilité des collectivités locales en matière d’architecture, d’urbanisme, d’environnement et de paysage, nous devons être présents là où les décisions se prennent. Dans certaines communes, les services d’urbanisme sont dirigés par des architectes. Dans d’autres, où les élus ont nommé un architecte-conseil dans l’instruction des dossiers du droit du sol, la preuve est faite de l’apport essentiel de l’architecte à la qualité de l’aménagement du cadre de vie.

Trop rares encore, certains lotissements conçus avec des architectes ou la mise en place d’éco-quartiers vont faire évoluer qualitativement l’environnement bâti. Dans ce domaine également, le rôle des architectes s’avère décisif.

Nous pouvons mieux utiliser les outils déjà à notre disposition  : le 308 Bordeaux et les conseillers régionaux de l’Ordre, le CFAA (Centre de Formation des Architectes d’Aquitaine) qui délocalise de plus et plus des formations, A&CP (Architecture et Commande Publique) qui intervient sur la régularité des procédures, sans oublier le CAUE 40 pour la promotion de l’architecture. Et à l’instar de nos voisins du Lot et Garonne avec le Café Archi et des Pyrénées Atlantiques avec le pavillon de l’architecture, trouvons comment nous rencontrer, nous regrouper pour échanger et mieux faire face aux problématiques locales.

Appréhendons ensemble les changements qui bousculent notre profession. Nous, architectes, sommes au cœur de nombreuses problématiques économiques et sociétales, faisons en sorte d’être au centre des prises de décisions et de devenir les acteurs de notre avenir.