développement durable

Le pin maritime une filière positive

par Patrick MOLINIé, FCBA Institut technologique (Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement).

Dans le sillage du Grenelle de l’environnement, le bois efface doucement son étiquette de matériau outsider pour accéder à un statut lui afférant des critères de compétitivité associés à l’innovation, au design, à la performance et au développement économique.

Cette tendance a naturellement eu des répercussions favorables dans les territoires et en particulier dans la construction puisque un grand nombre de projets intégrant le bois se développent en France.

Dans ce contexte, la région Aquitaine fournit plusieurs opérations exemplaires comme le Collège de Saint Symphorien, présentant des performances énergétiques importantes et une valorisation du bois bien au-delà des volumes réglementaires requis. C’est ainsi plus de mille mètres carrés de bois qui ont été utilisés dans cette réalisation dont 85 % issus de la ressource locale, et en particulier le pin maritime. Il sert de structure, de parement ou de menuiserie extérieure.

Au-delà des opérations de référence, le bois est bien présent dans d’autres secteurs puisque près de 20 % des logements sociaux aquitains sont actuellement réalisés à partir de systèmes constructifs bois.

Mais le bois vise encore plus haut.

En effet, après avoir fait ses preuves sur l’habitat individuel et le logement collectif, le bois s’attaque maintenant au marché des bâtiments à étages de plusieurs niveaux.

Ce nouveau challenge doit être accompagné dans son développement afin que l’ensemble des acteurs de l’acte de construire prennent à la fois conscience des réelles capacités de ce matériau et des systèmes constructifs associés (préfabrication, performances multi-critères, délais de réalisation), mais également prennent en compte les exigences et les compétences requises pour se positionner sur de tels ouvrages.

Et pour cela rien de tel que la démonstration par l’exemple. Une nouvelle fois les acteurs aquitains se sont mobilisés autour d’un projet d’envergure.

Ainsi, est inscrite dans le programme de l’Opération Bordeaux Euratlantique, la réalisation d’un bâtiment bois R+5 à énergie positive.

Les principaux objectifs du projet, sont la montée en puissance des compétences techniques régionales ainsi que la valorisation de la ressource locale pour le développement d’une offre industrielle adaptée à ce marché naissant.

Cette opération, retenue parmi les quelques projets innovants soutenus par la Caisse des Dépôts dans le cadre du programme national Ecocité, doit démontrer la faisabilité technico-économique des systèmes constructifs bois sur ce marché du bâtiment tertiaire multi-étages, sachant que les résultats obtenus pourront partiellement être transférés sur le logement.

Au-delà de l’opération exemplaire, la volonté est de créer une réelle dynamique régionale autour d’un tel projet permettant de reproduire cette réalisation sur d’autres programmes et avec d’autres acteurs économiques.

Les travaux de conception de cet ouvrage ont débuté au printemps 2012 et il est important de noter que l’approche de ce projet est particulière mais indispensable pour une opération d’une telle technicité et d’un tel niveau d’innovation.

Pour cela, dès la phase conception, architecte, maître d’ouvrage, équipes d’ingénierie, industriels se sont regroupés pour faire force commune et travailler ensemble afin de réussir ce pari ambitieux qui est de voir s’élever en 2014, le premier bâtiment bois à énergie positive réalisé à partir de la ressource locale.

Cependant l’usage du matériau bois ne se limite pas à la construction neuve, puisque les avantages connus de ces systèmes peuvent également être transférés sur des opérations de réhabilitation et de requalification architecturales de bâtiments par l’apport d’isolation par l’extérieur et de sur élévation. Le programme Atout Bois Eco Rénovation (ABER) qui vise à multiplier la réalisation de bâtiments témoins, a démarré en Aquitaine en 2012 et se déploie maintenant au niveau national avec le soutien du Ministère de l’Ecologie.

Dans un contexte difficile, le bois prouve ainsi toute sa capacité à s’adapter et à se développer sur tous les fronts.