édito

Le 308

par Michel Moga , président de l’Ordre

C’est un lieu, notre nouvelle maison.
C’est un chiffre, cette nouvelle lettre qui vous sera désormais adressée tous les deux mois.

Profitant de ce double événement de rentrée, nous continuons, selon les engagements pris, d’être à votre écoute afin de mieux vous accompagner pour servir notre société par une architecture de qualité participant à la fabrication de nos villes et de notre cadre de vie.

Nous mettons toute notre énergie à « occuper l’espace pour tous les architectes », à vous représenter, à vous informer, mais nous sommes demandeurs de connaître vos souhaits, vos besoins, et des idées d’actions à mener. Nous souhaitons rassembler et motiver les confrères, qui doivent être acteurs et non consommateurs. Cette lettre vous invite à prendre la parole pour partager les différentes façons de faire de l’architecture et pour nous dire ce que vous avez sur le coeur afin que nous en fassions un plus grand écho.

Ce premier 308 doit vous sortir de votre isolement : Ensemble, on est plus fort.

Nous vous devons d’être attentifs à la manière dont notre profession s’exerce. Je pense aux nouveaux types de contrats comme les partenariats publics privés, à la santé de nos salariés et de nous-mêmes, à l’inflation des normes dont la pertinence n’est pas toujours évidente et aussi bien sûr au développement durable qui nous invite à être responsables vis à vis des générations futures.

Aussi, la période actuelle nous incite à beaucoup de prudence, sans perdre l’espoir de jours meilleurs que nous espérons le plus proche possible.

Les difficultés doivent nous inciter à un comportement exemplaire, ensemble, pour travailler dans la qualité et le professionnalisme, seul garant de la survie de nos agences en concurrence avec les bet et les entreprises.

Ce premier numéro du 308 doit réveiller en nous tous l’envie de nous parler, de participer ensemble à la qualité de l’Architecture en Aquitaine. Il doit nous faire prendre conscience que nous exerçons tous le même métier et que c’est par le rassemblement de nos compétences et de nos énergies, par la confraternité et aussi un peu d’optimisme que nous traverserons les temps prochains.