cultures

L’Homme d’à côté, nouvelle vie pour la Casa Curutchet de Le Corbusier

par Carlos GOLTLIEB, architecte-urbaniste. Enseignant à l’école Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux

Septembre 1929   : Le Corbusier s’embarque pour Buenos Aires au départ de Bordeaux à bord du paquebot Massilia, initiant un périple qui va l’amener dans plusieurs villes d’Amérique du Sud. Dans le cadre de ce voyage, il donnera un cycle de conférences dans la capitale argentine dans lesquelles seront exposés les principes du Mouvement Moderne face à un public très curieux des nouvelles idées provenant d’Europe, notamment des jeunes architectes qui vont rapidement adhérer à sa nouvelle vision de l’architecture et de l’urbanisme.

Septembre 1948  : le docteur Pedro Curutchet, fils d’immigrés basques français devenu membre des élites intellectuelles, cherche un architecte d’avant-garde pour construire sur une petite parcelle dans la ville de La Plata, en Argentine, un bâtiment pouvant abriter sa maison et son cabinet. Influencé certainement par les architectes les plus innovants du pays, Il va faire appel à Le Corbusier, lui communiquant, par l’intermédiaire de sa femme, un dossier comportant les données du site ainsi que le programme souhaité. Conçue à Paris, sans avoir jamais visité le site, cette maison sera le seul projet du maître franco-suisse à être construit en Amérique Latine.

Courant 2009  : N’ayant jamais été utilisée pour sa fonction d’origine, la Casa Curutchet, devenue depuis les années 1980 le siège de l’ordre des architectes de la province de Buenos Aires, retrouvera une nouvelle vie dans le film l’Homme d’à côté, œuvre des metteurs en scène argentins Mariano Cohn et Gastón Duprat. Ce film raconte l’histoire d’une relation particulière entre deux hommes, Leonardo, designer de renommée internationale habitant la maison de Le Corbusier et son voisin, Victor, un personnage qui jouit de la vie au jour le jour. Tout commence au moment où, dans sa volonté de faire rentrer la lumière naturelle chez lui, Victor décidera de percer une fenêtre sur un mur mitoyen donnant sur la maison de Le Corbusier, envahissant le calme quotidien de Leonardo et faisant fi de toutes les règles interdisant ce type des travaux.

C’est à partir de là que le rapport entre les deux voisins deviendra un conflit s’aggravant jusqu’au dénouement dramatique mettant en lumière deux manières contradictoires de concevoir la vie  ; d’une part, celle de l’intellectuel dont le comportement, malgré sa posture de créateur, est guidé par les codes imposés par sa situation sociale  ; d’autre part, celle de l’homme de tous les jours dont la spontanéité et la jouissance des rapports avec son prochain sont plus importants que les apparences.

Tout cela avec comme toile de fond ce chef-d’œuvre de Le Corbusier qui montre comment ce projet, conçu il y a plus de cinquante ans, peut encore abriter des pratiques contemporaines, telle la fête organisée sur le toit terrasse, ou garder un subtil équilibre entre intérieurs et extérieurs grâce aux fenêtres ou aux brise-soleil qui cadrent de manière superbe la ville entrant dans la maison si bien captée par les cinéastes.