page image

Regards de maisons

par Benoît HERMET, concepteur-rédacteur

Les chiffres communiqués en 2011 par l’Observatoire de la profession sont éloquents  : revenus en baisse, réglementations en hausse, chute des commandes publiques… Malgré ces effets de yo-yo, les architectes se disent en majorité passionnés par leur métier, notamment les jeunes.

Deux tendances rassurent dans ce climat incertain  : la prise en compte des attentes des usagers et l’intégration dans le paysage sont considérées comme les meilleurs apports des architectes au cadre de vie. Une constante se dessine  : la construction de maisons individuelles augmente et devient l’une des principales activités, les particuliers arrivant logiquement en tête des commanditaires.

Cet intérêt ne signifie pas moins de contraintes. Bâtir un toit reste un exercice d’équilibre, pour sortir des sentiers battus, établir une complicité sans faire allégeance à son client, et, côté budget, les projets ne sont pas accessibles à toutes les bourses – à quand des partenariats entre constructeurs et architectes  ?

Dès lors, que nous racontent ces maisons édifiées récemment en Aquitaine  ? Le style est sobre, la fonctionnalité guide les choix  : orientation, matériaux, économies d’énergies.

Avec Oriane Deville, les façades déploient des jeux de regards entre dedans et dehors, opacité et transparence. David Laurent et Fabien Mazenc jonglent avec les contraintes foncières et assemblent plusieurs logements sous une même enveloppe de métal.

Dans les Landes, Vincent Poeymiroo imbrique des volumes de bois en osmose avec la forêt. À Bordeaux, Virginie Gravière et Olivier Martin interprètent le cocon familial avec des lignes industrielles. En Périgord, Jean-Pierre Rodrigues adresse un clin d’œil aux formes traditionnelles avec son «  loft  » épuré.

À chaque mode de vie sa partition, qui donne à son tour envie d’aimer l’architecture… Au-delà des chiffres.