page image

Jouons collectifs !

par benoît hermet , concepteur-rédacteur

L’histoire s’écoute comme un conte des villes de notre temps. Au départ, Alexandre Dupouy et Mélanie Pascreau, tous deux jeunes architectes, cherchent un espace pour y ménager leur nid douillet. Dans un ancien quartier industriel aux limites de Bègles, une usine abandonnée est divisée en lots. Le foncier devenant comme partout inaccessible, les futurs propriétaires – ils sont douze au total – décident de se regrouper autour d’un projet commun, piloté par un marchand de biens enthousiaste, assisté d’ADUP, l’agence d’Alexandre. Un permis de construire unique est déposé, mais la démarche, atypique, suscite des réticences. Après un an et demi d’instruction, le chantier démarre enfin. Une partie de la toiture du bâtiment est déposée pour créer une rue centrale amenant la lumière, les habitations sont distribuées selon la trame structurelle d’origine. «  En achetant à plusieurs, précise Alexandre, nous avons obtenu au même prix des superficies plus importantes. D’autre part, si l’on avait tout rasé, le P.L.U aurait imposé une faible occupation en profondeur et une hauteur limitée. Or, la superficie a été reconvertie à 100 %. On peut construire des habitats innovants et écologiques sans pour autant se limiter aux maisons en bois  !  » Quant à leur loft, qui est aussi leur lieu de travail, Alexandre et Mélanie l’ont en­tiè­rement dessiné. Le style est épuré (très), astucieux et fonctionnel  : des volumes gigognes dissimulent leur contenu (cuisine, rangements) pour permettre une utilisation mixte au quotidien. À l’extérieur, les enfants jouent, les voisins se croisent. Il arrive qu’on s’invite, chez l’un ou chez l’autre. Opérateur d’un chantier collégial, l’architecte a eu pour rôle d’établir un cahier des charges par logement, de gérer le remplacement des toitures ou encore l’installation des réseaux techniques. Mais chacun est ensuite resté maître de sa façade et de son intérieur. Une richesse de tons qui ressemble à la vie. Un conte qui devrait plus souvent faire des petits.


Rue Pauly à Bègles

ALEXANDRE DUPOUY, ARCHITECTE, MÉLANIE PASCREAU DE L’AGENCE ADUP

Projet présenté lors de l’exposition «  Habiter Écologique  » (13 mai-1er novembre 2009, Cité de l’Architecture et du Patrimoine­, catalogue disponible aux éditions Actes Sud)

Lofts groupés

Maîtrise d’ouvrage
SCI Pauly — Marchand de biens

Maîtrise d’œuvre
ADUP — Alexandre DUPouy

Montant des travaux
195 000 euros TTC (réalisation des communs  : dépose-démolitions, réseaux et raccordements, rue intérieure, local poubelle…)

Surfaces
Superficie parcelle  : 2 600 m2
Communs  : 650 m2

Durée des travaux
Durée des travaux communs  : 4 mois

Démarche HQE
Concernant les travaux des communs et de gros-œuvre individuels, les moyens ont été mutualisés pour privilégier l’intervention d’une seule entreprise réalisant le VRD et les murs séparatifs, ainsi qu’une seule autre pour les toitures en bacs isolés (bien qu’à la charge de chacun des propriétaires). Sur l’ensemble des logements, la priorité a été donnée à la création de larges ouvertures permettant de bénéficier des apports solaires directs (thermiques et lumineux). (ratio énergétique de l’habitation de l’architecte  : 96 kWh/m2/an)