cultures

1% artistique

Thomas Bernard est galeriste et Charlotte Daubech, architecte dplg. ils ont fondé ensemble une structure (AAC, agence pour l’art contemporain) dont la mission est d’accompagner la mise en œuvre de projets artistiques ambitieux.

par charlotte daubech , architecte dplg , par thomas bernard , galeriste

L’obligation de produire une œuvre artistique pour les constructions publiques, plus communément dénommée « 1% artistique » est une procédure spécifique de commande d’œuvres d’art à des artistes. Elle impose aux maîtres d’ouvrages publics de réserver un pour cent du coût de leurs constructions pour la commande ou l’acquisition d’une ou plusieurs œuvres d’art spécialement conçues pour le bâtiment considéré. Instrument d’une volonté politique de soutien à la création et de sensibilisation de nos concitoyens à l’art de notre temps, il offre depuis plus de cinquante ans un cadre d’action original pour favoriser la rencontre entre un artiste, un architecte et le public, en dehors des institutions dédiées à l’art contemporain.

Lorsque l’ambition d’un architecte rejoint dans son exigence celle d’un artiste, alors la commande publique (ou privée) apparaît comme un outil de promotion évident, témoignage du savoir-faire de chacun. L’œuvre, au même titre que le bâtiment, devient patrimoine. La commande publique apparaît comme un espace de liberté et d’enrichissement à revendiquer. Plus la réflexion, collégiale, sur la place de l’œuvre existe en amont, plus juste alors sera le projet artistique. Les expertises doivent se rencontrer dès la phase de programmation afin de faire de la commande publique un réel atout, et non plus une contrainte parfois confuse. Désirs d’architectes et désirs d’artistes peuvent se rejoindre pour collaborer ensemble, créer une émulation réciproque et une mise en valeur du travail de chacun, traduire techniquement des desseins d’artistes pour qu’ils s’adaptent aux réalités d’un bâtiment, d’une équipe. Leurs compétences permettent de pouvoir intervenir en amont afin de valoriser au mieux le projet d’ensemble, dans le cadre d’une réalisation pérenne et non plus une intervention additionnelle ou simplement évènementielle.