profession

De l’addition des lois et du pourcentage des honoraires

par Nicola Delon, Encore Heureux, Architectes

Nicola Delon, de l’agence Encore Heureux, s’exprimait le 3 mars 2017 au CROAIF à propos du permis de faire de la loi LCAP, destiné à expérimenter et notamment à créer un cadre légal pour le réemploi de matériaux de seconde vie. Voici un passage choisi, lorsqu’il en vient à parler de la profession, des lois et des honoraires d’architectes.

L’architecte, dans son métier, dans son exercice, travaille face à une complexité normative croissante. On rajoute des lois en espérant qu’elles iront dans le bon sens, mais ça reste une addition, il est très rare d’enlever des lois. Normalement, on devrait considérer qu’il y a un nombre de lois maximum pour un pays et quand on en crée une nouvelle, il faudrait en enlever une.

Ce phénomène parmi d’autres, participe à la précarisation des classes créatives. Nous sommes une profession dans laquelle il y a aujourd’hui une grande violence professionnelle. A la fois pour les architectes isolés, seuls dans leur coin, et pour les architectes qui sont dans des agences de cinquante personnes, à qui on demande d’abattre du travail dans des conditions souvent difficiles.

Ce qu’il faut bien avoir en tête, c’est que la précarisation progressive de notre profession est liée aussi avec une baisse de la qualité architecturale. Quand on passe ses jours et ses nuits à travailler, dans le stress et sans cesse, c’est au détriment de la fraîcheur mentale et même, on pourrait dire, de la santé mentale.

Au cœur de cela, il y a la question des revenus. Indexer sa rémunération, au pourcentage, sur la quantité de matière, donc sur la quantité de pollution que l’on crée, est totalement inconcevable aujourd’hui. Il faudra bien, à un moment donné, qu’on arrive collectivement à dépasser cette situation, qui n’est absolument pas défendable. Il faut s’attaquer urgemment à ce sujet.

Plus vous coulez du béton plus vous êtes payés. Lorsqu’on vient nous voir en nous demandant un projet écologique et économique, qui réemploie des matériaux et utilise le moins possible de matière, le pourcentage va à l’inverse d’une conception qui nous demande pourtant trois fois plus de travail. Un médecin n’est pas payé à la quantité de médicaments qu’il vous prescrit, sinon vous n’iriez pas le voir.

Trouvons une méthode à la fois juste et précise qui valorise la valeur ajoutée du travail des architectes. Il en va de notre sincérité et de notre engagement !

Nicola Delon est intervenu en 2016 dans le «  Cycle Matières  » organisé par Le308 - Maison de l’architecture et CFAA. La vidéo est disponible sur la chaîne youtube Troiscenthuit «  Cycle Matières  » Encore Heureux : Bricolage organisé.