édito

Une nouvelle loi sur l’architecture, une nouvelle région. De nouvelles opportunités ?

par Serge BERGERON président du Conseil Régional de l’Ordre Régional des Architectes du Limousin.

Quarante ans après le vote de la loi du 3 janvier 1977 décrétant « la conception architecturale d’intérêt public » ; une nouvelle loi, la loi LCAP « Liberté de la Création, Architecture et Patrimoine », vient affirmer l’importance du rôle de l’architecte pour une meilleure qualité architecturale, urbaine et paysagère. La loi LCAP va permettre à l’architecte de conforter son rôle de concepteur à travers « le Permis d’aménager » et « le Permis d’expérimenter ou Permis de faire », d’accentuer ses interventions auprès du grand public par l’abaissement du seuil à 150 m2 (rééquilibrage par rapport à la loi du 3 janvier 1977) et par la mise en place de nouvelles incitations « délais d’instructions réduits » lorsque le projet est établi par un architecte. Le « Permis d’aménager » apporte de nouvelles opportunités stratégiques dans l’aménagement de l’espace. En accompagnant les géomètres, l’architecte se trouve ainsi en position centrale pour orienter l’organisation de l’espace bâti, concevoir l’environnement urbain et offrir ainsi à notre société un véritable cadre de vie sociale. Nous pouvons également, par ce biais, nous rapprocher d’une clientèle de la maison individuelle soucieuse de trouver une nouvelle image du lotissement. Il y a un enjeu à se saisir des avancées de cette nouvelle loi, Le 15 décembre prochain un séminaire est organisé au 308 pour en informer tous les acteurs du cadre de vie. Nous ne devrons pas faillir et décevoir nos Maîtres d’ouvrages lors de ces interventions. Il est de notre rôle de nous impliquer, sans complaisance, dans ces nouvelles responsabilités. Pour cela, il va falloir continuer à nous former afin d’apporter des solutions d’aménagements raisonnables en terme d’approche urbaine, de consommation d’espaces et de relations sociales. Une nouvelle région : la plus grande de France. Cette région, riche par la diversité de ses paysages, ses modes de vie, ses matériaux et ses modes de construction, présente des distorsions dans ses aménagements, ses richesses économiques et culturelles. Nous devons être conscients de ces différences, des faiblesses et des atouts des divers territoires, pour rester complémentaires et non concurrentiels. Ne pas perdre de vue que, même la plus petite maille est utile à la tenue d’un textile et évite ainsi qu’il ne s’effiloche. Nous devons tous nous impliquer dans cette dynamique comme nos partenaires CAUE, Maisons de l’architecture, afin d’irriguer nos terroirs et inciter nos agences à travailler en synergie. Le développement de nos agences dans cette grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, baptisée Nouvelle-Aquitaine, ne viendra que des engagements individuels et collectifs des architectes à rester engagés au service de l’architecture, du cadre bâti et de la société en général. Que nous soyons architectes urbains ou ruraux, que nous exercions dans une petite ou grande structure et quelles que soient nos pratiques, nous devons préserver un maillage sur tout le territoire afin de répondre aux besoins de notre société.