cultures

À la rencontre du Limousin

par Sophie Bertrand, architecte.

France - janvier ?2016 - nouvelles régions / Nouvelle-Aquitaine - 2017 – élections ordinales

Depuis deux numéros, le comité de rédaction du journal 308+ s’est ouvert au Poitou-Charentes et au Limousin. Il apparait judicieux de présenter le pays Limousin, à grande échelle espace-temps. Pour cela, LE petit livre rouge du Limousin « Comprendre le pays limousin… et y vivre » de Marie-France Houdart. Une heure de lecture, de voyage, pour saisir la complexité et les richesses de ce territoire. Ce petit livre donne à penser l’aménagement du territoire, les paysages, l’urbanisme, les centralités, les mutations, la densité, les habitants et leur place, sans utiliser ces mots propres à nos professions. Marie-France Houdart, sociologue, propose 10 clefs de lecture où elle entrecroise la géologie, la géographie, l’histoire, l’économie, la religion, la politique, l’agriculture, l’ethnologie.

Limousin aux deux visages : le bout du bout du monde, pauvre, isolé… et le paradis secret, sauvage, où se ressourcer. Comprendre, comment le peuplement du Limousin s’est fait avec un temps de retard, comme si ce pays de petite montagne était déjà comme une barrière, ou une porte entre le Nord et le Sud, un lieu d’échange ou de conflit selon les époques, un lieu stratégique en tous cas. Partir du socle granitique et suivre la mise en culture longue, patiente et tenace d’une terre pauvre, dont on tire le meilleur y compris l’or. Se souvenir du rayonnement culturel et artistique de cette Occitanie, temps des troubadours, des trésors d’émail, de l’orfèvrerie, d’une certaine égalité femmes-hommes. Saisir le tournant de la guerre de 100 ans ; ici elle durera 200 ans et ruinera le pays et son organisation. Comprendre la constitution du royaume de France et la mise en place d’un pouvoir central ; le Limousin devient un gisement d’hommes et de matières premières. Visualiser les forces centripètes et centrifuges qui depuis le xixème siècle, déchirent les habitant-e-s, entre autarcie et migration saisonnière, entre solidarité et égalitarisme au risque d’étouffer toute initiative individuelle. Cette dernière clef est capitale, résultante de toute cette histoire, et encore présente aujourd’hui.

Pourtant dans la montagne limousine, il y a un frémissement, de nouveau une fierté à être de là, à venir vivre là et « si jadis, pour être quelqu’un, il fallait partir, on comprend aujourd’hui, que pour être quelqu’un, il vaut mieux rester ». La deuxième édition de 2003 a été augmentée de la partie « … et y vivre ? ». Elle retransmet 10 rencontres avec des groupes d’habitants et ce que ce livre a changé dans leur regard, comme un « connais-toi toi-même »…. Ce petit livre m’a fait comprendre aussi pourquoi j’y suis revenue. De cette première rencontre entre les élus des trois Ordres, en novembre ?2015, une phrase du président de l’Ordre des architectes d’Aquitaine ressort, avec la fulgurance d’un voyage dans le temps : « nous n’avons pas une vision jacobine du territoire ». Le temps nous dira ce qu’il adviendra de l’égalité des territoires au niveau national et des choix réalisés. Ce petit livre rouge, avec sa lecture transversale, permet de questionner l’aménagement du territoire qui se fait en France.