page image

Restructuration et extension du collège Serge Barranx Montfort-en-Chalosse (Landes)

par Benoît Hermet, rédacteur journaliste

Construit en 1961 dans les standards de son époque, plus fonctionnels que joyeux, le collège de Montfort-en-Chalosse devait être modernisé et agrandi. À l’origine, il se composait de deux barres et d’un bâtiment cubique, posés sur une grande parcelle en vis-à-vis de la bastide médiévale. La première intervention a été de «  recoudre  » un lien urbain, explique l’architecte palois Pierre Marsan, avec un plan croisé à la trame des rues. Les collégiens arrivent désormais par deux entrées bien visibles, et les dessertes de bus ont été déplacées à l’arrière de l’établissement pour plus de sécurité.

À l’intérieur, des cheminements en obliques relient espaces construits et végétalisés. Une partie des eaux de pluie est régulée depuis les toitures vers des zones humides. Autour des bâtiments des années 1960, isolés par l’extérieur pour plus de confort thermique, la nouvelle salle polyvalente et le restaurant scolaire agrandi se distinguent par leurs verticales en pin des Landes. Le bois s’accorde en même temps à un ancien corps de ferme et une maison début XXe, déjà sur la parcelle et intégrés au programme. Des paravents en acier servant de brise-soleils zigzaguent à la manière de sculptures contemporaines et donnent à tous ces éléments une unité.

Destinée à préparer 600 repas quotidiens*, la cuisine a été entièrement réhabilitée. Dans le réfectoire, luminaires et panneaux acoustiques sont suspendus dans un faux désordre. Ces jeux de formes ont pour écho les nouveaux préaux, dont les poteaux inclinés évoquent un mikado coloré. Quant aux bâtiments des années 1960, l’architecte malicieux les a fait peindre en tons pastels et teintes franches qui symbolisent la Chalosse, du vert des forêts au rouge des arènes  !

Pour mener ce chantier, Pierre Marsan était entouré de deux confrères, de bureaux d’études, de paysagistes… Le budget le permettait, c’est une chance, car souvent le premier critère est le prix le plus bas. Il le regrette d’autant plus que le sens de son métier est bien de « parvenir à être expressif avec des moyens simples, d’être créatif tout en respectant la collectivité  ». Un beau message à transmettre pour les années collège.

* collégiens et élèves des écoles élémentaires

Maîtrise d’ouvrage Conseil général des Landes

Maîtrise d’œuvre Pierre Marsanarchitectes associés  : Abadie-Courtois et Thal archi

Bureau d’étude BernadberoySETAH, F. Aubert «  Gamba acoustique  » «  Ideel environnement  »

Paysagiste Pays Paysage

Montant des travaux 2 355 000 € HT

Surface SHON 1 788 m²

Planning travaux 18 mois Livraison  : janvier 2012