carte blanche

Architecte rurale et connectée

par Pascale HIDALGO PEREZ, architecte - ATELIER D ARCHITECTURE HIDALGO, lieu dit Heraitze, 64640 Helette Inscription à l’Ordre : 039303 www.architecte64.fr

Je travaille chez moi, à la campagne. Le calme permet la concentration et les paysages me ressourcent, mais j’ai parfois le sentiment d’être coupée du monde et loin des événements culturels.

Je traite surtout des projets de maisons individuelles, en rénovation et en neuf, puis parfois de petits commerces ou quelques marchés publics.

Mes clients et quelques artisans sont mes seules rencontres. Au total, trois ou quatre visites par mois. Je passe le reste du temps sur mon écran, puis sur la gestion de la vie courante.

En 2014, j’ai apprécié la présence d’un stagiaire d’une école parisienne durant deux semaines. Enfin des échanges  !

Depuis juin 2014, je travaille par exemple sur une extension de 40 m². Le maître d’ouvrage ne réside pas en France métropolitaine et mes rencontres avec lui se font par visio-conférence  !

À chaque bilan comptable annuel, je suis tenté de changer de métier, mais une nouvelle proposition arrive, à laquelle j’ai envie de répondre… Car c’est un nouveau défi à relever ou de nouvelles rencontres.

Pour 2015, mon nouveau défi est pour une agricultrice électro-sensible. À son premier appel, j’ai pensé qu’elle était légèrement illuminée, mais lors de notre rencontre, je me suis trouvée en face d’une personne parfaitement équilibrée. Elle présente juste une sensibilité plus importante que la moyenne à un phénomène physique bien réel.

Sa maison est située entre deux montagnes basques équipées de nombreux et puissants émetteurs. Les ondes de ces réseaux sans fils lui causent des troubles du sommeil, des maux de tête et des pertes d’équilibre.

Maintenant, à moi de trouver la manière appropriée pour qu’elle vive mieux dans son logement.

Par mon métier je suis amenée à rencontrer des personnes qui ne croiseraient pas ma route si j’exerçais une autre profession.

Pour leur habitat, l’investissement affectif est très fort, sans parler de l’investissement financier qui les engage souvent pour de nombreuses années. Cette approche humaine, cette dimension quasi psychologique, est un des aspects qui me poussent à continuer ma passion.

L’architecture est un beau métier, plein de surprises, même si les bénéfices sont peu élevés dans les petites structures comme la mienne.