profession

.ifc

par Entretien entre Julien VINCENT, architecte, rédacteur en chel le 308, et Alain MAURY, Délégué général de Mediaconstruct.

Le BIM est une affaire de dialogue entre différents acteurs. Pour dialoguer, il faut parler le même langage  : nous avons cherché à en savoir plus auprès d’Alain MAURY, Délégué général de Mediaconstruct, association qui a créé un langage commun dans ce but. Il s’agit d’un langage gratuit, accessible pour tous les logiciels qui le souhaitent. Il s’appelle le format .IFC. C’est un peu le .PDF ou le .JPG du BIM, avec plus de calques et de détails, en 3D. Nous avons cherché a mieux comprendre ce qu’est ce nouveau format de fichier ouvert.

Pourquoi parle-t-on d’IFC dans le monde du BIM  ?

Les IFC recouvrent la notion d’interopérabilité des logiciels métiers BIM ce qui évite de travailler uniquement dans une gamme de logiciels ou d’être limité par la compabilité entre logiciels dans le cadre de vos projets en maquette numérique. Parler d’IFC revient finalement à parler d’échanges BIM interprofessionnels donc d’openBIM.

Qu’est-ce qu’un fichier IFC  ?

IFC signifie «  Industry Foundation Classes  ». Mais encore  ? Ils permettent de décrire des objets (murs, fenêtres, espaces, poteaux…), leur caractéristiques et leurs relations (comme le percement d’un mur par une ouverture et l’association d’une porte à cette ouverture). On parle de «  classes d’objets  ». Quel est le rôle des IFC dans le BIM  ? C’est le format d’échanges de données informatiques entre logiciels métiers BIM. Il définit la structure universelle de la base de données technique du projet modélisé.

Comment, pourquoi créer un format de fichier  ?

Les IFC ont été développés par BuildingSMART, motivé par la création d’un standard qui améliore l’interopérabilité des logiciels du secteur de la construction. Les IFC font partie de la norme STEP ou «  STandard for Exchange of Product data  ». L’objectif de cette norme internationale (ISO 10 303)  : décrire un produit tout au long de son cycle de vie, et indépendamment de tout système informatique. L’usage de STEP est recommandé dans  : «  Référentiel Général d’Interopérabilité - Interopérabilité Technique - Normes et recommandations  » publié par la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat (règle RIT0018 p. 25). Depuis mars 2013, les IFC sont labellisés ISO 16 739.

Les logiciels parlent-t-ils tous le même langage IFC  ?

BuildingSMART * a créé un service de certification qui fournit un cadre d’analyse indépendant du fournisseur. A l’instar de la Norvège pour les logiciels de calcul thermique, Mediaconstruct – antenne française de BuildingSMART - travaille actuellement sur une certification nationale et une évaluation continue dans le cadre de BIM 2015, projet «  TIC PME 215  » de la DGCIS.

* buildingSMART est l’autorité mondiale chargée de conduire la transformation de l’environnement bâti à travers la création et l’adoption de normes ouvertes, internationales.

en savoir plus  : Mediaconstruct, en tant que représentant français de BuildingSMART, soutient la généralisation du BIM en France avec pour objectif final l’openBIM. Elle est membre de la commission DSTI (Direction des Services et Technologies Informatiques) de l’AFNOR, représentant Français auprès du CEN au niveau Européen, et de l’ISO au niveau international. www.mediaconstruct.fr