cultures

Utopies et projets d’exceptions

Un troisième mois de l’architecture pour le territoire sud aquitain

par Lancelot de Madaillan, architecte, co-président du Pavillon de l’Architecture de Pau

Depuis quelques années déjà, nous avons le souhait de travailler sur le thème de l’utopie. Une heureuse circonstance fait que ce thème est partagé par quelques institutions locales comme la Ville de Pau, La Ville d’Art et d’Histoire, le Bel Ordinaire, ce qui permettra à tous les publics de bénéficier d’une programmation riche et variée.
À «  Utopies  », nous avons associé «  Projets d’exception  », considérant certaines réalisations comme la matérialisation d’idées utopiques.
Elle sera traitée tantôt sous sa forme urbaine, architecturale et paysagère, mais aussi sociale et sociétale, et encore dans sa polarité complémentaire  : la dystopie.

En somme, nous pourrons écouter une rétrospective sur les différentes utopies dans l’Histoire de la Civilisation Occidentale – faire un point sur le mythique de la tour  : sa plastique, sa technique, son sens — et entrer dans une réflexion opérative sur des besoins contemporains de communs et quelques réponses théoriques ou expérimentales.

L’exposition bien connue du Pavillon de l’Arsenal «  Matière Grise  » sera le décor de ce mois d’utopies. Cette notion à deux faces inspire  : une substance grise, considérée comme toxique  : surproduction de matériaux fortement transformés, délocalisés et consommateurs d’énergies — une autre substance, singulière à l’humain  : l’intelligence réflexive ou une certaine capacité de projection dans l’espace et le temps. Cette exposition propose un travail en intelligence de ces deux aspects, et invite à réfléchir sur la mise au point de process de réemploi entraînant une réduction de la production d’éléments neufs, en faveur d’éléments ayant déjà servi et pouvant servir encore, grâce à une attention qui leur serait portée, dans la réalisation d’architectures contemporaines et écologiquement plus pertinentes.

Cette exposition sera un support pour des sensibilisations s’adressant à tous les publics - elle sera aussi un fond de scène pour une conversation autour de la déconstruction des bâtis  : un préalable fondamental au réemploi de matériaux — elle sera enfin la compagne de la projection d’un film sur un mouvement architectural qui se propose d’encadrer, de conseiller, d’aider la population d’un lieu, à la réalisation d’un rêve de commun, dans un lieu nourri et construit par ses habitants.

Ces événements auront lieu au Pavillon de l’Architecture évidemment, mais aussi à la médiathèque A. Labarère, à la Villa Mirasol (Mont-de-Marsan), au cinéma d’art et d’essai Le Méliès, dans les rues du quartier Saragosse, et animés par des conférenciers, philosophes, historiens, professeurs et docteurs, par des professionnels architectes, paysagistes et industriels…

De la matière grise, dans ce mois de l’architecture, il y en aura. Aussi, nourrissons nos rêves et partageons ensemble ces beaux moments à venir !

  • Photographie Pierre-Emmanuel Michel

    Photographie Pierre-Emmanuel Michel