édito

Vive les marié(e)s !

par croa

Il était une fois dans le Sud-Ouest 3 belles régions d’architectes qui, bien que voisines, ne se fréquentaient pas trop. Un jour, leurs parents (politiques) leur ont fait comprendre que cela n’allait pas toujours être ainsi. Alors, bien qu’un peu effrayées, elles se mirent à gaiement flirter ensemble tant et si bien qu’on les fiançât officiellement le 1er janvier de cette année. Sachant qu’on ne leur laissait pas trop le choix, plutôt que de simplement s’en accommoder, elles y prirent beaucoup de plaisir.

Cependant, et enfin repues des premiers troubles de l’amour, elles ont rapidement pris conscience que demain, elles ne feront qu’une. La date du mariage officiel avait d’ailleurs déjà été fixée à l’été 2017.

Conscientes de l’enjeu et des difficultés inhérentes à tout «  mariage arrangé  », (a fortiori à trois  !) elles ont décidé qu’elles réussiraient leur union, afin d’offrir aux générations à venir un cadre dans lequel celles-ci pourraient s’épanouir et être heureuses.

Elles avaient bien compris que cette union était une chance et une opportunité, pour peu qu’elles la préparent et l’organisent selon leur vision et leurs aspirations, et non telle que d’autres aimeraient qu’elle soit.

Elles se sont donc battues pour, tant elles avaient vite pris la mesure des contraintes, mais surtout du potentiel de cette nouvelle région issue de leur union  : la plus grande de France, riche de sa diversité, de ses cultures, de ses paysages, de ses habitants.

Riche tout simplement de sa qualité de vie, dont l’architecture, les architectures, sont le reflet et le témoignage vivant. Et c’est grâce à cette diversité culturelle et sociale au sein d’une même région que celle-ci sera plus forte et plus armée pour résister à la mondialisation, à l’uniformisation planétaire des modes de vie et des individus.

Bien entendu, elles étaient lucides, et savaient très bien qu’une fois le mariage fêté et les dots consommées, la vie allait suivre son cours, et la routine s‘installer, avec son cortège de conflits, petits et grands, de frustrations et de mauvaises habitudes. Réussir son mariage ne vaut que dans la durée.

Et le meilleur moyen d’y arriver, c’est de ne jamais arrêter de communiquer, de savoir admettre que l’on peut avoir tort et de toujours être à l’écoute de l’autre.

Persuadées, à raison, de leur complémentarité, et donc que chacune ne valait rien sans l’autre, elles avaient néanmoins pleinement conscience de leurs différences, de leurs faiblesses et atouts respectifs.

Que ce soit par rapport à leur taille, leur puissance, leur dynamisme, leur contexte géographique, économique, culturel. Mais elles avaient foi en leur avenir, parce qu’elles avaient, et ont toujours, foi en tous les architectes qui maillent ce nouveau grand territoire.

Le salut ne viendra que de cet engagement individuel et collectif des architectes à se mettre au service de l’architecture et de la société en général, qu’ils soient urbains ou ruraux, dans une petite ou grande structure et quelles que soient leurs pratiques.

En clair, tous les architectes de cette nouvelle et belle région Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes doivent plus que jamais se prendre en main, dans, ou à côté de leur Conseil Régional de l’Ordre des Architectes, pour garantir l’équité, la représentativité et le maillage de tout le territoire, de tous les territoires, notamment les plus reculés de la métropole.

Benoit Engel, président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de Poitou-Charentes.

Eric Wirth, président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes d’Aquitaine.

Serge Bergeron, président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes du Limousin.