Fiche de lecture

Dithyrambes [Re]Nouveaux Plaisirs d’Architecture #3

par Vincent Arné, Architecte.

Dithyrambes est le catalogue augmenté de l’exposition éponyme, dernier avatar de la série [Re]Nouveaux plaisirs d’architecture que l’on peut comparer aux AJAP en Belgique francophone. Il propose un panorama représentatif de la scène architecturale belge, au travers du travail de neuf bureaux.

Développé sous la houlette du Laboratoire Hortense, Histoire Théorie Critique de la faculté d’architecture de l’ULB  ; chaque agence bénéficie d’un éclairage multiple (interview, bréviaire graphique, photographie, analyse critique, références théoriques) illustrant clairement sa démarche. C’est un objet composite, développé en parallèle de l’exposition, fidèle à l’image de de mosaïque que donne le pays lui-même. Il s’agit d’une juxtaposition d’identités fortes qui forment un tout, uni dans un parti pris graphique et rédactionnel minimal particulièrement efficace et au service des projets.

Une radicalité héritée de la fin des années soixante-dix est à l’œuvre dans les démarches des neuf agences  : performance, utopies, géométrie  ; Archizoom et Madelon Vriesendrop ne sont jamais loin. La notion de collage, que l’on retrouve dans le dispositif de l’exposition, est récurrente dans les travaux présentés  ; on notera en effet une économie dans les transitions  : additionner au lieu de fondre les identités. Sous les codes graphiques, les choix éditoriaux, ou le déroulé des textes, affleure souvent l’idée de paradoxe, spécifique à la production Belge actuelle  : un mélange de minimalisme, de baroque, de contextualité, d’incongrue, de modestie, d’exigence, de radicalité bienveillante et d’ambition, non dénués d’humour.

En ces temps d’euroscepticisme forcené, il est bon de se rappeler que nos voisins belges vivent, à l’échelle de leur état, la dyslexie politique et les tourments de l’Europe. La forte personnalité des architectures qui en émerge, complexe, riche et légèrement surréaliste préfigure peut-être le code génétique de notre discipline à l’échelle de l’union. Il faut aimer l’architecture belge pour ses qualités et Dithyrambes, idéal compagnon, pour vos lectures estivales.

Exposition à venir en novembre au 308

Dithyrambes. [Re]Nouveaux Plaisirs d’Architecture #3 Co-édité par le CIVA et la Faculté d’architecture La Cambre/Horta 248 pages Sous la direction de Jean-Didier Bergilez