édito

Tous au 308 le 308 pour tous

par Michel Moga , président de l’Ordre

Fin mars 2009, nous avons enfin emménagé et inauguré le 308.

La fête a été une grande réussite. Juste avant l’évènement, une rencontre avec les médias a permis un relais dans la presse écrite et à la télévision. De nombreux architectes y ont participé, des représentants des institutions, des amateurs de culture et d’architecture mais aussi beaucoup d’étudiants. Nous avons pu montrer à plus de 700 personnes, le potentiel et la richesse de ce lieu.

Ce bilan et ce positionnement initial du 308 sont très satisfaisants, il faut à l’avenir conserver cette ouverture culturelle.

Ce lieu nous permettra de poursuivre des actions de plus grande envergure dans un site exceptionnel.

Nous en ferons un lieu pour : Travailler / Se rencontrer / Communiquer / Echanger / S’ouvrir à tous les intervenants de l’acte de bâtir / Exposer / S’exposer / Former / Informer / Faire la fête aussi….

Ce sera le support et le vecteur de la politique de notre mandat : Rassembler les confrères et occuper l’espace, représenter et faire entendre les Architectes.

Alors bienvenue chez vous au 308 ! Bienvenue dans le lieu de la culture architecturale en Aquitaine, lieu qui regroupe l’Ordre Régional des Architectes d’Aquitaine, la Maison de l’Architecture, le Centre de Formation des Architectes et Architecture et Commande publique.

Mais ce nouvel environnement ne doit pas nous faire oublier les priorités de notre mission. La recherche de projets et le dumping sur les honoraires restent parmi les principales préoccupations des confrères, en ce moment. Des échos et des preuves de concurrence déloyale et de pratiques condamnables nous parviennent. La période difficile ne doit pas nous aveugler et nous faire perdre nos valeurs. Proposer aux Maîtres d’Ouvrage la meilleure prestation adaptée au contexte et à l’économie des projets est le gage de la préservation de notre crédibilité et de notre légitimité. Cette attitude favorisera la pérennité de nos structures. Dans notre cas, la notion de « dumping » se traduit plutôt par la pratique du bas prix, plutôt que par celle de la vente à perte délibérée. Ce qui est loin d’être la bonne réponse. L’institution ordinale sera vigilante. Il faut encore rappeler que la notion de qualité architecturale et la valeur du geste d’architecture ne sont pas quantifiables. Chaque agence a sa culture, son histoire, ses stratégies, ses références.

Tout ceci est le vrai gain du Maître d’Ouvrage : il ne se traduit pas en prix, mais il a une valeur.

Que faire ?

Le respect de la déontologie et la solidarité confraternelle, sans tomber dans le corporatisme, nous seront salvateurs. Comme les entreprises, les agences doivent savoir calculer le coût de leurs missions.

A&CP met en place un groupe d’étude sur ce sujet.

Les agences d’Architecture doivent devenir des Entreprises d’Architecture. Partout où nous le pouvons, participons à la formation et à l’information de nos Maîtres d’Ouvrage, de nos élus. Surtout ne pensons pas que le Maître d’Ouvrage est fautif. Nous proposons nos rémunérations.